Twitter

Abonnez-vous au blog par e-mail

Abonnez-vous au blog par e-mail. Entrez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir des notifications des nouveaux billets par e-mail.

Information et soutien allaitement ICI

Creative Commons License
Papallaitants - Breatsfeeding Dads by Pascal Ghazi is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike 4.0 International License.
Based on a work at http://papallaitants.fr

Introduction

« L’allaitement, c’est une histoire de famille »

Les papas pour l’allaitement maternel.

Le fait est que la France est l’un des pays d’Europe avec le taux d’allaitement le plus faible. Seulement 66% des femmes françaises allaitent à la naissance contre plus de 85% dans de nombreux pays d’Europe comme le Danemark, la Norvège, l’Allemagne, la Suisse ou encore l’Italie.

Le taux d’allaitement exclusif descend sous les 40% dés la fin du premier mois. Ce taux descend à 28% à l’âge de 6 mois minimum recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)*. L’estimation de la durée médiane de l’allaitement est inférieure à 4 mois en France. Les données de l’allaitement diversifié jusqu’à l’âge de 2 ans, recommandé par l’OMS comme durée optimale d’allaitement, sont difficiles à obtenir mais par observation on peut imaginer à quel point le pourcentage doit être faible. Et surtout à quel point le regard de la société française est critique sur un allaitement si long.

Ce qu’il faut savoir :

–  L’allaitement satisfait à lui seul les besoins du nourrisson durant les 6 premiers mois de sa vie et a des effets bénéfiques à court et long terme sur la santé de la mère et de l’enfant.

–  Une enquête menée en France en 2009 montre que les femmes souhaitent plus d’accompagnement pendant l’allaitement et un congé maternité plus long

–  Le soutien de l’allaitement permet des économies au système de santé, aux employeurs et aux familles. Pourquoi est-on dans cette situation en France ?

–  L’héritage du féminisme des années 60 ?

–  La durée trop courte du congé maternité

–  Difficulté avec des conseils médicaux inadaptés

–   Sentiment que le lait n’est pas assez « bon » ou en quantité suffisante.

Mais aussi :

–  Les partenaires/maris ne les soutiennent pas dans cette aventure

Je ne peux malheureusement pas faire grand chose pour les premières raisons mais pour cette dernière je peux changer les choses. Et c’est pour cela que je veux lancer ce site, pour les papas qui veulent apprendre à soutenir leur conjointe dans l’allaitement, les papallaitants.

Ensemble on peut faire évoluer les attitudes et permettre à nos conjointes d’être en confiance dans leur allaitement. Certes, il y a des associations** très utiles et efficaces pour les mamans, mais elles ne remplaceront pas notre rôle de papa. C’est à nous les papas, de jouer ce rôle de soutien actif. Ce n’est pas toujours évident parce qu’un homme qui parle d’allaitement ça sonne bizarre surtout en France.

Alors, en se retrouvant entre papallaitants on apprend nous aussi a avoir confiance en notre choix et on trouve un soutien, des informations, une écoute et un partage de nos expériences.

Demandez à un papallaitant et rejoignez moi dans le groupe de discussion sur Facebook (en Français) : DADS ONLY.

 

DADS ONLY * chiffres de 2007 ** LLL principalement

14 comments to Introduction

  • Alex

    Bravo pour cette belle initiative : l’allaitement et la maternité ne sont pas que des affaires de femmes.

  • MC

    Super idée car on en a bien besoin. Maman d’un petit garçon de 11 mois que je n’ai pas réussi à allaiter au sein, je tire mon lait depuis sa naissance. Heureusement que le papa est là pour me soutenir car je n’aurais pas tenu tout ce tps en tire allaitant.
    Très belle vie à ce blog !

  • anna

    Maman de 3 garçons de 6, 4 et 11 mois tous les 3 allaités. J’ai eu le soutien de mon mari et je l’ai toujours. nos hommes sont très importants dans notre demarche. Les remarques déplacées sont toujours présentes. J’espère que ce blog les aideront. Bon courage.

  • Elodie

    Bravo pour ce blog, j’ai moi aussi un papallaitant à la maison.
    On a besoin des papas pour nous soutenir dans notre allaitement.

  • Merci pour cette initiative ! Les pères sont vraiment de plus en plus présent pour leurs enfants et ce n’est pas un mal ! et il faut continuer à soutenir l’allaitement encore et encore, et le père, le conjoint, le mari est la première personne qui puisse soutenir la maman.
    continuez

  • Ben

    Merci de penser à nous! 🙂
    Je me retrouve parfaitement dans votre « à propos ». Ma femme et moi avons vécu grosso modo la meme histoire: Un projet de naissance qui tombe à l’eau à cause des « obligations et des procédures » de l’hopital, un allaitement difficile au début, et bien sur aucune sage femme pour nous soutenir dans notre démarche.
    Heureusement, madame était très motivé, et on a apprit qu’il était possible d’avoir une sage femme à domicile, remboursé!, pendant une 10 aine de jours après notre retour et qui, elle, était pour l’allaitement et nous a beaucoup aidé!
    Après, « l’allaitement à la demande » est un concept qui nous a été difficile à faire comprendre à l’entourage… mais on allaite pour nos enfants, pas pour les autres!

  • Audrey

    Très belle initiative, félicitations ! Mes trois enfants de 9, 7 et 3 ans ont eu la chance d’avoir un papallaitant, et notre petit dernier a eu en plus un papa en congé papa-rental jusqu’à son entrée à l’école maternelle, qui lui donnait au biberon le lait que je tirais au bureau !
    Si j’osais, je créerais moi aussi un site pour changer les mentalités des collègues de mamans allaitantes… Parce que les mentalités ici en France sont franchement arriérées, et il y a de quoi se décourager !

    • Salut Audrey,
      Merci beaucoup pour ton commentaire. Je trouve ça génial que tu aies pu allaiter tes trois enfants avec le soutien d’un papallaitant. Et j’adore le concept de congé papa-rental 😉
      C’est un travail d’équipe, ce sont les mentalités des maman et papas qu’il faut changer pour en faire des mamallaitantes et des papallaitants. J’ai bon espoir que nos enfants poursuivront notre aventure et continueront de normaliser l’allaitement dans la société.
      Ta participation ici est la bienvenue et sans doute un premier pas pour faire bouger les choses.
      Enfin, n’hésite pas à inviter ton conjoint à nous rejoindre sur le site, sur la page Facebook ou sur le groupe pour les papas.

  • Michoko.

    « Congé paparental »… Jolie formule!!

  • benoit

    bonjour,
    Je vais bientôt être une nouvelle foie papa, après dix ans et ce avec ma nouvelle compagne.
    Celle si a décide d’allaiter, mais je ne supporte pas cette idée, je pensais qu cela passerais mais il n’en ai rien.Sans compter les désavantages évidant,je ne veut pas imaginer voir quelqu’un d’autre même si c’est mon fils accroché à ses seins.Et puis entamer un allaitement c’est aussi refuser au papa ce rapport qu’il attend depuis neuf mois, qui ne sera en place qu’au bout d’un moi et ne durera encore qu’un moi avant le sevrage, si l’allaitement est prévu pour trois mois.Beaucoup de remue ménage pour un petit être, étalé sur trois mois, non?
    Ma question est: comment puis je gérer et envisager cette période?
    Merci

    • Yachou

      Bonjour, j’ai quelques questions à propos de ton … Questionnement 🙂 qu’en tends-tu par « désavantages évidents » ? Pour ma part, ma femme allaite et je n’en vois pas … Comprends bien que si je te dis ça c’est non pour ouvrir un débat, mais plus pour comprendre ton point de vue afin de t’apporter la meilleure des réponses. Tu sembles penser que ta seule manière de créer une relation avec ton fils sera le biberon, mais je peux t’affirmer que si tu t’investis aussi dans l’allaitement (en apportant ton soutien et ton amour à ta femme par plein de moyens divers) tu créeras un lien très puissant avec ton enfant ! Et même, même si jeune (surtout nouveau né) lui accorder du temps et de l’affection créera le lien … Ce ne sont pas que des tubes digestifs nos enfants ! Concernant ta jalousie de voir ton fils au sein, je te conseille … De t’en ouvrir à ta femme. Je n’ai aucune idée de comment elle te répondra, mais je pense important qu’elle « entende » ta gene. J’appuie sur « entendre » et non « juger » car je pense que cela ne peut être règlé que par une vision bienveillante de sa part. Je me doute que rationnellement tu sais que ton fils ne va pas te voler ta femme, mais ce serait une bonne chose que tu l’entende de sa bouche. Voilà, en espérant t’apporter un début de réponse 😉

  • Mask

    Bonjour Benoit

    Tout d’abord félicitation pour cet heureux événement à venir!

    Concernant le comment gérer et envisager cette période, je pense que tu a fait le plus dur du chemin pour en arriver à poster ce message. Tu laisses la porte ouverte à la réflexion et à l’échange, ce qui est déjà pas mal.

    Je ne vais pas te dire comment faire ou ce que tu dois penser, mais te donner ma vision des choses:
    je me suis demandé ce qui serait le meilleur pour mon fils et pour l’ensemble de ma petite famille. Après quelques recherches et de nombreux échanges (n’hésites pas à passer sur le facebook des papallaitants), j’en suis arrivé à cette réponse: l’allaitement est bénéfique à tous et sur plusieurs plans (nutritionnel, affectif…), pratique et économique.

    Concernant les seins de ma femme et le squat régulier qu’opère mon fils…je n’ai pas eu cette gène. Je lui ai juste proposé que nous ne squattions pas en même temps 😉 il prend sa dose, je prend la mienne.
    Je profite pleinement des tétées en étant aux cotés de mon fils et de ma femme, nous vivons des moments de complicité à trois un nuage de zenitude flotte souvent à ce moment là… je ne me sens pas « privé » de liens avec mon fils je construis ce lien tout autrement et n’ai pas besoin de le nourrir pour cela.

    Notre choix se portant sur un allaitement plus long que trois mois, il m’arrive de lui donner le bib (de lait maternel), pour des raisons organisationnelles, planning de madame, de la nourrice et du miens… j’y prend beaucoup de plaisir, mais je t’assure que l’allaitement est plus pratique (lait toujours à portée de main, à température et sans vaisselle) 😉

    Ce fut pour nous, et jusqu’à aujourd’hui le moyen de lui apporter le moins de remue ménage possible (apaisement de bébé en cas de coup dur facilité par l’allaitement)

    Voila. n’hésites pas à me faire part de l’avancée de ta réflexion… et bienvenu!

    Pour info, mon fils a 7 mois, ma femme a repris le travail quatre mois après sa naissance, il est toujours allaité et nous avons commencé la diversification.

  • Votre initiative et votre site font du bien, merci beaucoup ! J’allaite mon bambin depuis plus de 10 mois avec le soutien inconditionnel de mon compagnon papallaitant de choc !

  • Béatrice

    Bravo pour ce site !

    Bravo pour le niveau des commentaires et le non-jugement. C’est ainsi qu’on avance, pas en polémiquant ou en voulant avoir raison !

    Je suis moi-même mamallaitante d’un bébé de 10 mois, et si l’allaitement au long cours n’a jamais été un doute pour moi (ma mère a allaité mon petit frère 3 ans), les débuts furent difficiles (et pourtant j’ai accouché dans une maternité labellisée « Hôpital Ami des Bébés »… bon, au moins, aucun biberon donné d’office, c’ets déjà ça…). Sans mon conjoint je pense que je n’y serais pas arrivée.

    Son aide et osn amour ont été capitaux pour réussir les débuts, et il a créé un lien très fort avec notre fils, ce qui n’a rien à voir avec l’allaitement. Comme dit plus haut, un nourrisson même tout petit n’est pas qu’un tube digestif!

    Un papallaitant console, baigne, change les couches, porte (des heures pour endormir!), habille, promène, nourrit, etc… un bébé aussi bien qu’une mamallaitante !

    AUjourd’hui il faut voir les sourires que lui fait notre fils, son papa compte énormément pour lui! SOn papa le garde souvent lorsque je travaille et ils passent des moments rien qu’à eux très importants pour eux deux !